FAQs

Questions fréquemment posées

Vous voulez en savoir plus sur le Glyphosate Renewal Group ? Vous souhaitez savoir ce qu'est le glyphosate et comment il est employé ? Vous désirez connaître les effets du glyphosate sur la santé, la faune et l'environnement ? Vous trouverez les réponses à ces questions ci-dessous.

Sécurité

Le glyphosate présente-t-il des risques pour la santé ?

Le glyphosate est l’un des ingrédients actifs les plus largement utilisés dans les herbicides conçus pour empêcher la croissance indésirable des mauvaises herbes dans les cultures cultivées. Les principales autorités sanitaires aux États-Unis, en Europe, par exemple en Allemagne, en Australie, en Corée, au Canada, en Nouvelle-Zélande, au Japon et ailleurs dans le monde, considèrent que les produits à base de glyphosate sont sûrs lorsqu’ils sont utilisés conformément aux instructions de l’étiquette. Les herbicides à base de glyphosate sont utilisés en toute sécurité et avec succès depuis plus de 40 ans et sont parmi les produits les plus étudiés de leur catégorie.

Les abeilles sont-elles menacées ?

Les abeilles et autres insectes utiles jouent un rôle central dans l’agriculture car de nombreuses cultures ne sont pas pollinisées par le vent mais dépendent des insectes pollinisateurs. De plus, les araignées et les insectes tels que les coléoptères et les guêpes se nourrissent de petits insectes herbivores, ce qui en fait des agents biologiques importants de lutte antiparasitaire.

Les autorités réglementaires effectuent des évaluations complètes pour garantir que les pesticides peuvent être utilisés en toute sécurité pour l’environnement. Dans le cadre de ce processus, les autorités réglementaires évaluent spécifiquement le potentiel d’effets sur les organismes non ciblés, y compris les abeilles domestiques. Le glyphosate a été largement testé en laboratoire et sur le terrain pour évaluer la toxicité potentielle pour les abeilles. Ces tests approfondis ont montré que les produits à base de glyphosate ne présentent aucun effet indésirable aigu ou chronique pour les abeilles.

Comment le glyphosate est-il utilisé ?

Les herbicides contenant du glyphosate sont utilisés en pulvérisation foliaire pour lutter contre les mauvaises herbes dans un large éventail de cultures arables. Les principales cultures traitées avec le glyphosate en Europe sont les céréales, le colza, la betterave à sucre, les pommes de terre, les vignobles, les olives, les agrumes et les noix pour la rénovation des prairies. Les traitements après récolte s’appliquent généralement à toutes les cultures. En Allemagne, huit champs de colza sur dix sont par exemple traités avec des herbicides à base de glyphosate.

Pourquoi y a-t-il des traces de glyphosate dans l'urine ? Est-il sans danger ?

L’urine est le principal moyen d’éliminer les produits chimiques hydrosolubles ou leurs métabolites de l’organisme. Le glyphosate est soluble dans l’eau, et nos reins filtrent tout glyphosate présent dans la circulation sanguine avant son élimination par l’urine. Les humains éliminent rapidement le glyphosate de leur corps, et il n’en reste que très peu après quelques jours. Ce processus s’applique également aux substances chimiques naturellement présentes dans les aliments. Sachant cela, certains chercheurs étudient comment la chimie de l’urine change après la consommation de certains aliments. 

Le glyphosate et d’autres pesticides peuvent être présents sur les aliments à de faibles niveaux appelés résidus. Les autorités réglementaires établissent la quantité maximale admissible de chaque pesticide en fixant des limites maximales de résidus (LMR). Une LMR est le niveau le plus élevé de résidus de pesticides qui peut légalement être présent dans ou sur des cultures ou des aliments individuels.

Les LMR permettent de déterminer 1) si un aliment peut être vendu, 2) si les agriculteurs respectent les instructions figurant sur l’étiquette du produit et 3) les estimations de la limite supérieure de l’exposition aux pesticides par voie alimentaire dans une population.

L’organisation non gouvernementale allemande BUND (Association pour l’environnement et la protection de la nature – branche allemande des Amis de la Terre) a réalisé une étude intitulée “Determination of Glyphosate residues in human urine samples from 18 European countries”.

Les résultats ont montré que la majorité (56,1 %) des échantillons ne contenaient pas de niveaux détectables de glyphosate et que le niveau le plus élevé de ceux qui en contenaient des traces correspondait à une dose plus de 1 000 fois inférieure à ce que l’Union européenne considère comme une dose journalière acceptable (0,3 mg/kg de poids corporel par jour), et plus de 3 000 fois inférieure à la valeur équivalente de l’Organisation mondiale de la santé (1,0 mg/kg de poids corporel par jour).

Que se passe-t-il lorsque, par accident, des herbicides à base de glyphosate ne sont pas utilisés conformément à l'étiquette ?

Les herbicides à base de glyphosate sont un outil sûr et efficace pour lutter contre les mauvaises herbes lorsqu’ils sont utilisés conformément aux instructions de l’étiquette.

Outre le fait qu’il est illégal d’appliquer des doses supérieures à celles recommandées sur l’étiquette, il n’y a aucun avantage supplémentaire à appliquer plus que nécessaire pour une efficacité optimale. En outre, c’est un gaspillage de ressources, et les agriculteurs éviteraient généralement cette pratique.

Néanmoins, aucun dommage n’est causé aux humains ou à l’environnement si les taux sont accidentellement dépassés dans certaines limites, car l’évaluation de la sécurité des produits ajoute d’importants facteurs de sécurité. La toxicité est surestimée jusqu’à 1 000 fois dans l’évaluation des risques pour s’assurer que tous les événements imprévus, y compris un surdosage accidentel, sont pris en compte.  

On pourrait comparer cette mesure de sécurité au fait de disposer d’une distance de plusieurs kilomètres avec la prochaine voiture sur une autoroute.

Les principes

Qu'est-ce que le glyphosate?

Le glyphosate, ou N- (phosphonométhyl) glycine, est l’un des herbicides à large spectre les plus utilisés au monde et représente environ 25% du marché mondial des herbicides. Le glyphosate a été introduit pour la première fois en 1974 sous le nom commercial «Roundup» et a depuis été commercialisé comme ingrédient actif de centaines de produits phytopharmaceutiques à travers le monde.

Pourquoi les agriculteurs doivent-ils lutter contre les mauvaises herbes avec des herbicides ?

Les ravageurs de plantes et les mauvaises herbes représentent un défi pour les agriculteurs depuis que les gens ont commencé à cultiver. Les mauvaises herbes luttent contre les cultures pour l’espace, l’eau, les nutriments et la lumière du soleil. De nombreuses espèces de mauvaises herbes peuvent facilement détruire la moitié d’une récolte entière. Le chiendent par exemple, qui envahit fréquemment les champs de céréales en Europe, peut réduire les rendements jusqu’à 60%. Les méthodes chimiques de lutte contre les mauvaises herbes ont toujours été considérées comme une solution attrayante car elles sont relativement rentables et faciles à utiliser, de sorte que les herbicides ont joué un rôle clé dans notre production de denrées alimentaires, d’aliments pour animaux, de fibres et d’énergie renouvelable au cours des 60 dernières années.

Avantages

Pourquoi le glyphosate est-il nécessaire ?

Dans plusieurs pays européens, des herbicides à base de glyphosate sont utilisés sur près de la moitié de leur superficie agricole totale. En utilisant le glyphosate pour lutter contre les mauvaises herbes, les agriculteurs européens ont pu renoncer ou réduire considérablement les méthodes de labour traditionnelles. Le labour conventionnel est un processus énergivore qui libère des tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère à partir du sol. Si les agriculteurs sont contraints de recourir à ces méthodes de lutte contre les mauvaises herbes, les émissions de CO2 et la consommation de combustibles fossiles en Europe devraient plus que doubler, tandis que l’érosion des sols pourrait être multipliée par six.

Des études de cas récentes menées par des chercheurs en Allemagne et au Royaume-Uni prédisent que la perte de glyphosate aurait un effet considérable sur les coûts de production des cultures et aurait également un impact sur le commerce international de plusieurs cultures d’hiver et de sucre en Europe. Les prix des denrées alimentaires augmenteraient et la part de l’UE dans le marché agricole mondial diminuerait. On estime que les rendements des cultures des agriculteurs seraient réduits de 5 à 40%, selon la région, et diminueraient la part de marché mondiale de plusieurs cultures de l’UE si le glyphosate n’était plus disponible.

Une limitation de la disponibilité du glyphosate devrait également avoir des conséquences négatives potentielles pour l’utilisation des terres, la biodiversité, les émissions de gaz à effet de serre et la qualité de l’eau.

En quoi est-ce avantageux d'utiliser des herbicides à base de glyphosate?

Pour les agriculteurs, les herbicides à base de glyphosate offrent une suppression simple, flexible et rentable des mauvaises herbes, car le glyphosate aide à éliminer les mauvaises herbes vivaces pendant plusieurs années. Contrairement à plusieurs autres herbicides qui agissent sur certains types de mauvaises herbes, le glyphosate est efficace sur toutes les mauvaises herbes, offrant un contrôle à large spectre. L’application de glyphosate avant la plantation de la nouvelle culture a le potentiel de produire des récoltes de 30 à 60% plus élevées pour de nombreuses grandes cultures européennes, en fonction de la population de mauvaises herbes et d’autres conditions.

Son efficacité en tant qu’herbicide à large spectre a finalement réduit l’utilisation du labour comme moyen de lutte contre les mauvaises herbes, ce qui expose la terre végétale fertile à l’érosion hydrique et éolienne. Certaines études ont estimé que les méthodes de labour sont environ deux fois plus coûteuses et prennent plus de temps que la lutte chimique contre les mauvaises herbes.